Rentrée 2020: activités en préparation

Septembre 2020: Table ronde autour de la sortie de l’ouvrage collectif Le manège des frontières, en dialogue avec les auteurs d’autres ouvrages abordant la question migratoire dans la zone frontalière franco-italienne.

18 septembre – 13 novembre 2020 : Exposition Eufemia à St Jean d’Angély. L’espace Avant-scène du campus St Jean d’Angély de l’Université Côte d’Azur accueillera une exposition créée par des artistes et des collègues du laboratoire de sociologie visuelle de l’Université de Gênes. Durant cette période, plusieurs animations scientifiques seront organisées (vernissage, journée d’étude Recherche et Art, visites scolaires, etc.).

Sortie ouvrage

Mis en avant

ObsMigAM, Le manège des frontières. Criminalisation des migrations et solidarités dans les Alpes-Maritimes, Le passager clandestin éditions, coll. La bibliothèque des frontières, 2020.

Vient de paraître ! En librairie à partir du 2 juillet ! 
 
Coordonné par Pinar Selek et Daniela Trucco, le livre contient les contributions de Cecilia Vergnano, Daniela Trucco, Pinar Selek, Swanie Potot, Emilie Pesselier, Agnès Lerolle, Luca Giliberti, Yvan Gastaut, Ivan Bonnin, Livio Amigoni.
 
 
Quatrième de couverture:
Les Alpes-Maritimes – entendues comme une région transfrontalière englobant le département français homonyme ainsi que le versant italien de cette frontière – sont devenues en 2015 un pôle migratoire de premier plan, tant par le volume de personnes migrantes concernées que par l’enjeu politico-médiatique que celles-ci représentent. Ce territoire, marqué par un imaginaire des confins vieux de cent-cinquante ans, est emblématique – au même titre que Calais ou Lampedusa – du « retour des frontières » en Europe. Il est aussi l’une des scènes majeures du « spectacle de la frontière» et des multiples luttes et rapports de forces qu’il génère. Pour comprendre ce qui s’y joue, l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes réunit ici sociologues, anthropologues, politistes et historiens, ainsi que des acteurs de la société civile, autour d’une analyse approfondie des processus de « frontiérisation», et de la criminalisation des migrations et des solidarités qu’ils suscitent.